Un brin d'histoire

La première mention connue est celle du cartulaire de Sorde (vers 1072). Le village a connu d'autres noms au cours des siècles.

Formes anciennes

Lane (Sancta Maria de ~)              (XIe - XIIe s., Cartulaire de Dax)
Lana (Duo Portus in ~)                   (XIe - XIIe s., Cartulaire de Dax)
Port Naù et Bads                            (Vers 1072, Cartulaire de Sorde)
Lana, Lane                                     (1305, RG)
Birport                                            (1630, Carte « de Gudocus »)
Lanne                                              (1638, Carte « de Classun »)
Port de Lanes                                 (1651, Carte « d’Abeville)
Port de Lane                                   (Carte XVIIe s., s.d.)
Port de Lane                                   (début XVIIIe s., Carte « N. de Fer »)
Lane                                                (1714, Carte « Amsterdam »)
Lanne                                              (1733, Carte du Gouvernement général
                                                        du Guienne et Gascogne)


C'est en 1105 que PORT DE LANNE entre dans l'histoire, avec un texte mentionnant une paroisse Ste Marie de Lanne. Le Moyen Age vit l'échec d'implantation d'une bastide anglaise, (à l'époque les Anglais possédaient l'Aquitaine ).

En 1343 sont mentionnées 3 "caveries" appartenant à des seigneurs-caviers, sorte de seigneurs paysans, vassaux du Vicomte d'Aspremont et contrôlant la paroisse (un de ces seigneurs-caviers, ISARN DE LANNE, s'illustra en se rendant coupable de félonie : l'assassinat de son suzerain d'Aspremont). Au XVII° et XVIII° siècles, on assiste au développement du port sur l'Adour et de cette société originale des gabarriers et pêcheurs, si bien décrite par Louis LARBAIGT dans son ouvrage "Les derniers gabariers et les derniers pêcheurs de l'adour"

Un registre des tailles (impôts) pour la généralité de Bordeaux établi vers 1700 donne une évalution des "feux"(foyers, environs 5 personnes par feu) du pays dont 100 pour Port de Lanne.

En 1765, un chroniqueur pouvait écrire : "PORT DE LANNE est couvert de quantité de bateaux de toutes grandeurs". Il ne fait pas de doute que le port est, à cette époque, un des plus actifs de l'Adour et voit transiter marchandises de la Lande et de la Chalosse et des denrées venues de Bayonne depuis toute l'Europe.

Puis vint l'heure du déclin et, en 1814, après que les soldats de Napoléon faisant retraite vers l'Espagne y furent passés, poursuivis par les Anglais du général WELLINGTON, le port n'avait plus son trafic maximum. Vers1885, il avait pourtant repris avec les poteaux de mines, la pierre de Bidache ou de Tercis. Mais après la guerre de 1914, une à une les gabarres disparurent et la population qui culminait à 1 200 habitants commença à décliner.